Kaissa - Echecs et informatique sur PC-Windows

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Les programmes

Kaissa

Le grand ancêtre




Kaissa est un moteur d'échecs d'une importance historique considérable - pour les échecs en particulier mais aussi dans le domaine plus général de l'intelligence artificielle. Il a été développé à l'institut des sciences de contrôle de Moscou à la fin des années soixante par une équipe de mathématiciens placée sous la direction de Mikhail Donskoy. Contrairement à tous les moteurs historiques dont il a été question sur ce site, ce n'était pas un programme grand public mais un logiciel expérimental tournant sur les gros ordinateurs mainframes de l'époque - qui se comptaient dans les pays développés sur les doigts des mains. Le but étant ici de jeter les bases d'un système artificiel de prise de décisions.



Les années précédentes, Mikhail Donskoy avait déjà développé un moteur d'échecs, l'ITEP Chess Program. Son successeur - et descendant - a été appelé Kaissa, déesse des échecs inventée par le poète italien Hieronymus Vida à la Renaissance,  par un journaliste de la Pravda, en 1972. Le journal soviétique avait organisé entre le moteur et les lecteurs une série de matchs  par correspondance. L'événement a duré pratiquement un an et c'est le public qui a gagné. Mais l'épreuve a démontré que Kaissa jouait décemment aux échecs, ce qui était déjà beaucoup.  Le nouveau moteur inaugurait toute une série de techniques qui sont devenues monnaies courantes sur tous les moteurs algorithmiques modernes. Il a été le premier programme d'échecs à s'appuyer sur des bitboard (tables de scores reliant les pièces avec des positions sur l'échiquier), à recourir au null move pruning - parmi d'autres techniques de réduction de l'arbre de recherche - et à continuer à réfléchir pendant le coup de son adversaire. Il utilisait également une bibliothèque d'ouvertures riche de 10.000 coups, gérait très bien son temps de réflexion et possédait une table de transposition (ou table de hachage).  

Malgré toutes ces avancées, Kaissa était loin de pouvoir se mesurer aux meilleurs joueurs humains de son époque ; mais il offrait ce que l'on pouvait espérer de mieux en 1972 et c'est pourquoi il n'a pas eu beaucoup de mal à remporter le premier championnat du monde des échecs par ordinateur (WCCC), en 1974.

<- Le trio de tête de la fine équipe de mathématiciens et d'informaticiens de l'Institut des sciences du contrôle de Moscou qui a développé Kaissa (de gauche à droite, Vladimir Arlazarov, Alexander Ushkov et Mikhail Donskoy).

Au second championnat du monde, en 1977, Kaissa a étonné le public en sacrifiant une tour apparemment sans raison dans une partie où le moteur avait les noirs. L'examen de ce coup a finalement montré que Kaissa l'avait joué pour éviter un mat cinq coups plus loin. Il perdra cette partie est finira second du championnat juste derrière le moteur Chess 4.6, développé par deux chercheurs de l'université de Chicago.
Les progrès fulgurants de l'informatique ont rapidement relégué Kaissa qui n'obtiendra que la sixième place au WCCC de 1980, avant de cesser définitivement d'évoluer - les autorités soviétiques ayant décidé qu'il y avait mieux à faire que des moteurs d'échecs ! Néanmoins un portage grand public a été effectué en 1990, sous la forme d'un programme Dos pour PC, développé en Turbo C et commercialisé par la société ParaGraph. Malgré l'âge avancé du moteur, cette version démocratisée a terminé quatrième du second championnat olympique des ordinateurs à Londres, la même année. Les algorithmes de recherche et d'évaluation sont les mêmes que ceux de la version mainframe originale mais en deux décennies les progrès de l'informatique ont été tels que Kaissa tournait beaucoup plus vite et mieux sur un PC standard de 1990 que sur les gros systèmes de 1970.

Le programme que je vous trouverez ici est celui que Vladimir Medvedev héberge sur son site. C'est la v1.10 de 1992, bénéficiant d'une interface un peu améliorée par rapport à celle de 1990.




Téléchargement et lancement

Je vous invite à télécharger Kaissa 1.10 sur mon espace Mega

Vous trouverez sur le site de Vladimir Medvedev une version plus ancienne et d'autres petites choses.

Pour jouer avec Kaissa, vous devez installer DosBox sur votre ordinateur. C'est un programme gratuit, fiable et d'emploi facile. Décompressez l'archive de Kaissa quelque part sur votre ordinateur et faites glisser ensuite le fichier "KAISSA.EXE" sur l'exécutable de DosBox (ou sur un raccourci de ce fichier) pour que le programme démarre et fonctionne.

Attention toutefois :  le réglage de cycle par défaut de DosBox ne permet pas de tirer le maximum du moteur. Si vous souhaitez obtenir de KAISSA un bon niveau de jeu, vous devez modifier un paramètre dans le fichier de configuration. Dans le répertoire de DosBox, ouvrez le fichier qui ressemble à "DosBox version x options.bat" et recherchez (Ctrl+F) la chaîne "cycle=". Remplacer "cycle=auto" ou "cycle=xxx" par "cycle=max". Sauvegardez, fermez (voir aussi "Réglage optimal de DosBox")


A noter : le fichier "MAKEDEB.EXE" est un éditeur de bibliothèque d'ouvertures. Il se lance avec DosBox, comme le programme principal.


Comment l'utiliser ?


L'interface est dotée des fonctions de base : sauvegarde et lecture de parties et de positions (format propriétaire), éditeur de positions, jeu avec les blancs ou les noirs, auto-jeu, rotation de l'échiquier… Il est assez facile à utiliser mais pour un programme des années 90 il propose des fonctions de contrôle et d'édition de l'évaluation du moteur inhabituellement sophistiquées. Il vous sera peut-être utile de taper la touche F1 pour appeler l'aide interne. Le fichier est en anglais mais je l'ai entièrement traduit en français.

Télécharger l'aide de Kaissa en français ?

Quelques remarques :

Le niveau de force est fixé depuis menu "OPTION" > "Level". Il y a 12 niveaux, bizarrement intitulés "Fv0" (le plus faible), "0.3", "1.3", "2.3", "0.5", "1.5", "2.5", "3.5", "0.7", "1.7", "2.7" et "3.7" (le plus fort). Cliquez sur l'oreille gauche de la souris pour les faire cycler.

Par défaut, la table de hachage est bien activée. Surtout, ne cliquez pas sur "OPTION" > "Hash enable" !


Conclusion

J'ignore quel est le niveau de force réel de Kaissa mais il est probablement assez moyen. Son jeu n'est sûrement pas non plus très naturel et il doit être très sensible aux tactiques anti-ordinateur. Pour être honnête, je ne l'ai pas testé (je jouerai quelques parties contre lui quand j'aurai plus de temps). L'important à savoir, c'est que nous sommes face à une véritable pièce de musée, un témoignage de l'inventivité humaine datant de plus d'un demi-siècle. Ça vaut bien qu'on s'y arrête un moment !

Rob Rob, juillet 2022


 
 
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();